À 46 kilomètres au sud de Tanger et à 110 kilomètres de Ceuta se trouve une petite ville marocaine qui est devenue l’une des dernières découvertes touristiques de la côte nord du Maroc: AsilahUn spectacle de maisons blanches qui contrastent avec le bleu de l’Atlantique et dont les rues vous invitent à vous perdre dans un monde de fraîcheur, de couleurs et de nuances tout simplement délicieux.

Index

  • 1 Asilah : ce que les murs protègent
  • 2 Asilah : le monde autour d’une médina
  • 3 Asilah, un monde bleu et blanc

Asilah : ce que les murs protègent

Comme beaucoup d’autres enclaves de la côte marocaine, Asilah a été visitée par des Grecs et des Phéniciens qui ont laissé des traces de leur présence sous la forme de différents sites comme Zilil, qui remonte au IIe siècle avant J.-C. serait occupée par l’Empire romainqui l’appellerait Colonia Augusti Iulia Constantia Zilil (Augusta Zilil).

Pendant des siècles, les Romains se sont approprié la ville jusqu’à ce qu’elle soit à nouveau conquise par les Arabes en 712, marquant ainsi le début d’un nouvel âge d’or au cours duquel Asilah s’est laissée envelopper par une partie du charme qui fait sa renommée aujourd’hui. En même temps, sa position stratégique dans le nord du Maroc en faisait un point stratégique pour les commerçants espagnols, arabes et portugais.

La ruée vers l’or saharien a conduit le Portugal à prendre la ville en 1471 et à la quitter presque un siècle plus tard. Pendant leur règne, les Portugais ont construit des murs pour fortifier Asilah, qui sont maintenant devenus l’une de ses principales attractions touristiques.

Après plusieurs tentatives de reconquête, l’Espagne s’est appropriée la zone après ses alliances avec le Portugal, étant fait partie du protectorat espagnol jusqu’en 1956 malgré les assauts constants de diverses dynasties marocaines au fil des ans.

Aujourd’hui, Asilah affiche tout ce potentiel historique en devenant l’une des villes les plus pittoresques du Maroc.

Asilah : le monde autour d’une médina

L’un des grands avantages que présente Asilah lors de sa visite est l’accessibilité de votre MédinaLa ville est connue comme la vieille ville de toutes les villes marocaines et comprend la plupart des monuments importants.

Dans le cas d’Asilah, en traversant les murs de la Médina depuis le nord, plus précisément par le tronçon connu sous le nom de Bab El Kasbahvous allez rencontrer la Grande Mosquéed’une cible non polluée, ou La tour KamraUne véritable icône d’Asilah dont la structure de 50 mètres s’appuie sur les murs qui murmurent de vieux gémissements. Devant lui, le Centre Hassan II, avec ses expositions et ses événements internationaux, devient l’épicentre culturel d’une ville débordante de couleurs et de créativité, comme en témoignent les expositions d’art urbain qui en parsèment certains recoins.

En avançant dans la Médina, nous rencontrerons également le coquet square Ibn KhaldounC’est l’endroit idéal pour se laisser séduire par les petits marchés tels que les bazars Nashia ou Les Amis, où l’on vend de tout, des lanternes aux fruits secs et aux sucreries marocaines, ou pour se laisser emporter par les saveurs servies sur les terrasses, les salons de thé et les restaurants de cette place. Après une bonne tasse de thé maure, rien de mieux que de monter à l’un des les tronçons les plus célèbres de l’ancien mur portugais : Borj Al KamraC’est un endroit très spécial, qui offre certaines des meilleures vues de la ville et la présence des anciens canyons dans certaines sections bordant l’Atlantique.

Asilah, un monde bleu et blanc

Se perdre dans les rues de la Médina d’Asilah est un vrai délice : des arcs qui protègent certains tronçons, des façades où le bleu et le blanc se confondent avec d’autres couleurs ou une paix qui se présente sous forme de fraîcheur, celle d’un Atlantique qui espionne derrière des murs qui protègent de vieux lieux historiques.

Le cimetière et le mausolée de Sidi Ahmed El Mansur est un bon exemple. Un endroit tranquille au sud-ouest de la Médina où reposent les restes de ce chef saadien, qui a reconquis la ville après avoir combattu dans la bataille des Trois Rois, en 1578. Une visite solennelle qui sera complétée par une montée au point de vue de Caraquiad’où vous pourrez contempler l’une des les meilleurs couchers de soleil sur la côte marocaine caressant les restes des murs.

Et les plages ? Ne vous inquiétez pas, il y a aussi des plages à Asilah, et elles sont magnifiques. Au nord, vous trouverez une petite plage à côté du port et de la Cala de los Cañones, idéale pour une promenade relaxante et pour s’asseoir et regarder le coucher de soleil. Si vous recherchez des plages plus grandes, la plage d’Asilah s’étend jusqu’au village de Brief, à 10 kilomètres de là.

Playa de las Cuevas, au sud d’Asilah.

En ce qui concerne le sud, la plage des grottesA 6 kilomètres au sud de la ville, c’est la plus célèbre, se détachant sur un relief plus fantaisiste de falaises et de rochers, tandis que la plage de Sidi Mghait se trouve au bout d’un réseau de routes non goudronnées récompensant ceux qui viennent chercher les eaux bleues et les sables dorés de cette partie du Maroc.

Se perdre à Asilah et ses charmes ne vous prendra pas plus d’une journée. Elle peut donc devenir le lieu d’escapade idéal pour une visite de la côte nord magique du Maroc ou en prolongement d’une visite à Tanger toute proche.

Avez-vous déjà visité Asilah ?

Vous souhaitez réserver un guide ?