Pepper House, Fort Kochi

L’État du Kerala, dans le sud de l’Indeest connu par ses habitants comme la Terre de Dieu. La raison n’est autre que ses charmes naturels, notamment la présence du plus grand système de marais au monde, célèbre pour la présence de la soi-disant backwaters. Cependant, avant de s’immerger dans un tel cadre paradisiaque, il est préférable de faire une pause et de se réfugier dans Fort Kochi, une ville ouverte sur la mer et hantée par les épices, l’exotisme et la diversité des cultures qui sont passés par vos rues depuis six cents ans.

Index

  • 1 Fort Kochi : des arômes d’histoire, de noix de coco et d’épices
  • 2 Visitez les plus beaux réseaux du monde

Fort Kochi : des arômes d’histoire, de noix de coco et d’épices

La cathédrale de Fort Kochi

Nous sommes arrivés à la gare d’Ernakulam un jour de février. Durant les dernières heures du voyage, le vert de la mer de palmiers qui inonde l’État du Kerala, au sud du pays, est de plus en plus intense, la noix de coco est le lot de tout commerçant (y compris ceux qui étaient dans le train), et la chaleur plus étouffante.

La ville de Ernakulam se trouve sur la côte ouest de l’Inde et est une ruche d’activités, de palmiers et de restaurants servant de délicieuses sauces à base de biryanis et de feuilles de bananier (le shadya, un des délices du Kerala). Ernakulam se distingue par ses petits temples colorés ou ses immenses centres commerciaux axés sur l’électronique, mais c’est son dynamisme qui vous amènera un jour à prendre l’un des pittoresques bus de la ville et à vous diriger vers la mer.

Ernakulam est le seuil de la péninsule de Kochi où se trouve le Fort KochiLa première place atteinte par les conquérants portugais menés par Alfonso de Albuquerque en 1503. Après son arrivée au premier point côtier de l’Inde, le conquérant aida le Rajah de Kochi à combattre les groupes ethniques ennemis et, en retour, il lui permit de construire la fortification qui allait donner son nom à l’enclave actuelle.

Au cours des siècles suivants, l’influence catholique et européenne s’est emparée des rues de ce village, qui était dispersé sur une péninsule célèbre pour sa pêche, son artisanat et ses épices, et est devenu le principal intérêt économique du Kerala colonial jusqu’à ce que, à la fin du 18e siècle, le Raj anglais établisse son influence dans cette région, fournissant la cerise socioculturelle qui définit l’actuelle la ville la plus cosmopolite de l’État du Kerala.

Visitez les plus beaux réseaux du monde

Pendant notre visite de Fort Kochi nous avons traversé L’île de WellingtonNous avons atteint la partie la plus orientale de la péninsule, la zone connue sous le nom de Fort Kochi, où les attractions touristiques sont plutôt rares. Dans ce quartier, hindous, européens et juifs partagent une ville parfaitement segmentée, ouverte aux touristes et avec une touche artistique dans chacune de ses rues.

En ce qui concerne le logement, nous sommes hébergés à The Union Home Stay, un maison d’hôtes fortement recommandé situé sur Burgar Street, au cœur de Fort Kochi. Dans ce quartier de la ville, l’atmosphère est détendue, les magasins d’antiquités deviennent l’attraction principale et le célèbre Kashi Arts Café sert des gâteaux à la noix de coco à bon prix derrière une galerie d’art. Dans ce domaine, on trouve également la célèbre cathédrale de Santa Cruzconstruit à la fin du XIXe siècle, ou le plus ancien L’église Saint-Françoisérigé par les Portugais en 1502. Deux exemples de la puissante valeur historique de ce lieu en Inde, où sont dispersées les anciennes résidences des Hollandais. Des lieux qui évoquent des échos coloniaux et qui sont aujourd’hui devenus des galeries d’art ou des centres sociaux flirtant entre les jardins tropicaux et l’architecture européenne.

Dans les rues de cette île-péninsule, on respire la tranquillité, les touristes se mêlent à l’environnement et la possibilité de laisser derrière soi le Fort Kochi et de se détourner à l’est de Kochi, le centre urbain lui-même, devient une bonne idée si l’on cherche Les églises colorées, les magasins de fruits où les jus de fruits sont préparés à l’arrière du magasin, ou les étals dans la rue où dévorer un délicieux kebap ne coûte que 80 cents. En fait, ma recommandation personnelle est que vous vous mimétisiez avec l’environnement et que vous vous laissiez emporter par la fusion qui inonde ces rues où tant de cultures cohabitent depuis des siècles.

Kochi comprend également un quartier juif où l’on trouve marchés des épices (comme le célèbre Kochi International Pepper Exchange), de somptueux palais comme le palais Mattancherry, avec ses fresques de Vishnu et ses vinaigrettes hollandaises, tous un exemple de l’éclectisme colonial contenu dans le même bâtiment.

Après avoir parcouru les rues de Fort Kochi, nous remarquerons le charme d’une île qui tourne autour d’une promenade et, en particulier, la plus grande attraction du lieu : ses célèbres filets chinois (ou Cheena vala) apportés, selon la légende, par l’explorateur chinois Zheng He au cours des années qui ont suivi l’arrivée de Vasco de Gama.

Quand le soleil se couche, se tenir à côté de ces filets et regarder les pêcheurs sauver les cadeaux de la mer (certains vous donneront même une partie de leur prise pour vous faire un ragoût de fruits de mer) devient un délice, la force motrice d’un endroit en Inde où l’histoire se traduit par une atmosphère cosmopolite et proche. Unique.

Vous souhaitez réserver un guide ?