Dans la partie nord de la province de Cadix, nous trouvons la soi-disant Route des villages blancs. Un scénario parfait pour remonter le temps, grâce à son histoire que l’on peut encore voir dans ses rues et à sa beauté qui se reflète dans la chaux de chaque mur. À chaque pas, nous rencontrons des zones montagneuses d’une grande valeur culturelle et naturelle.

Vous pouvez y résumer un peu de tout : des vues et des légendes, à la gastronomie et ses traditions. Pour tout cela et bien plus encore, la route des Villages blancs est devenue l’un des points de base du tourisme. Au total, 19 municipalités composent cet itinéraireMême si parmi eux, il y en a toujours qui sont fondamentaux et à prendre en compte. Allons-nous commencer notre voyage ?

L’itinéraire des Villages blancs commence à Arcos de la Frontera

Même si chacun pourra la lancer où il le souhaite, il est vrai que beaucoup s’accordent sur ce point de départ. Il s’agit de Arches de frontière. On dit que c’est l’un des endroits les plus peuplés de la Sierra de Cadix. Elle était la capitale de Tarifa de Arcos à l’époque musulmane. Aujourd’hui, nous pouvons admirer des palais de style gothique, ainsi que des temples et des églises ou couvents de style mudéjar du XVIIe siècle. Arcos fait près de 100 mètres de haut, donc les vues de là sont plus qu’impressionnantes. Ne manquez pas leur Pâques ou même leur Noël car ils feront une crèche vivante.

Arcos de la Frontera, villages blancs

Algar, Bornos et Espera

Suivre la même voie et à moins de 12 kilomètres se trouve Algar. C’est l’un des lieux de loisirs préférés de tous, car on peut y faire de la randonnée, du canoë ou de la pêche. Il est situé à environ 212 mètres de hauteur et à environ 87 kilomètres de Cadix, la capitale. Le prochain village le long de la route A-384 est Bornos. Dans son centre historique nous pourrons voir la tour de Fontanar qui a été construite par les Arabes, sans oublier le monastère des Jerónimos ou l’Ermitage de la Résurrection. Nous visiterons ensuite Espera, qui est située à une hauteur de 164 mètres. Dans ce lieu, des vestiges du paléolithique ont été trouvés et de là, toutes les cultures qui sont passées par là, ont laissé leur empreinte.

Route des villages blancs de Bornos

Villamartin et Algodonales passant par El Gastor

Maintenant, c’est au tour de village de Villamartin. On y trouve le Dolmen Alberite, qui est un monument mégalithique et est considéré comme l’un des plus anciens de toute la péninsule. Le château de Matrera a été préservé de l’époque médiévale, ce qui est un autre des points à prendre en compte. Bien sûr, si l’on parle de points et d’arrêts obligatoires, on arrive à Algodonales. Il se trouve à l’entrée nord du Parc naturel de la Sierra de Grazalema.

Route des villages du coton blanc

On dit que dans ce domaine aussi des preuves de la période néolithique ont été trouvées. Bien que l’origine de ce lieu remonte en fait au XVIe siècle. Comme un festival à souligner est sa recréation du 2 mai 1810. Où le village a été élevé avec les troupes napoléoniennes. De là, nous pouvons avancer vers le Gastor. Il est très proche de la source du fleuve Guadalete et est connu comme le balcon, grâce aux vues qu’il nous laisse.

D’Olvera à Puerto Serrano en profitant de la Torre Alháquime

Nous entrons à Olvera et bien sûr, la beauté de cette ville est magique. Nous avons découvert le quartier de la ville où se trouve l’église de la Encarnación, de la période néoclassique. En outre, vous pouvez également vous tenir dans le château qui date du 12e siècle. Ainsi, vous pouvez vous laisser emporter par une succession d’époques et en profiter à pied. En quittant Olvera, nous trouverons Puerto Serrano. Vous pourrez y profiter de la réserve naturelle du Peñón de Zaframagón, ainsi que de quelques spécialités pétrolières qui couronnent toute cette zone. Lorsque nous arrivons à Tour Alháquime il faut mentionner qu’il doit son nom à une famille d’origine arabe qui s’appelait Al Hakin. Ils avaient une forteresse près du château d’Olvera.

Tour Alháquime Villages blancs

De Setenil de las Bodegas à Alcalá del Valle

Un autre point clé sur cette route des Pueblos Blancos est Setenil de las Bodegas. C’est sans doute l’un des points que le tourisme admire. Il a une zone où les rochers sont les principaux voisins. Puisqu’ils sont encastrés dans une partie des maisons. En raison de cette curiosité, il devient un autre des lieux à prendre en compte. En outre, vous pouvez profiter de son château et de dates très spéciales comme Pâques. Il est à la frontière de MalagaIl est situé dans la Serranía de Ronda et possède également une huile plus que délicieuse. Ensuite, nous arriverons à Alcalá del Valle, fondée par les musulmans. Dans cette zone, nous trouverons également des pièces incroyables de grande valeur historique comme les Dólmenes de Tomillo.

Villages blancs de Setenil

Prado del Rey, El Bosque et Ubrique

A l’extrême sud de la chaîne de montagnes, nous allons rencontrer le Prado del Rey. Un village où la période romaine est encore très présente. Bien que si nous continuons un peu plus, nous voyons comment l’ère moderne a été établie à El Bosque. Situé à côté de la rivière Majaceite et où vous pouvez pratiquer toutes sortes de sports. Lorsque vous avez le temps de vous reposer, vous pouvez essayer sa gastronomie variée comme la truite au jambon ou les variétés de fromage. En faisant un pas de plus, nous arrivons à Ubrique. Les montagnes et les parcs naturels entoureront cette ville. Il fait plus de 337 mètres de haut. Elle possède des vestiges romains et aussi, de la période musulmane.

Villages blancs El Bosque

Benaocaz et Villaluenga del Rosario

Benaocaz est d’origine arabe et a toute sa beauté dans un site historique, de rues pavées et des maisons qui se combinent avec certains manoirs du XVIIIe siècle. Vous ne pouvez pas manquer leur L’ermitage de San Blas ou El Calvario. Nous passons maintenant à Villaluenga del Rosario, dont on peut dire qu’il est le plus petit village de tous et aussi celui qui se trouve sur le point le plus élevé. Si nous remontons aux origines, nous devons mentionner qu’ils étaient musulmans. Elle possède l’une des plus anciennes arènes de la région, qui a une forme polygonale. Ne partez pas d’ici sans avoir goûté au fromage payoyo.

Les villages blancs de Grazalema

Grazalema, Benamahoma et Zahara de la Sierra

La Sierra de Grazalema est, sans aucun doute, un autre des lieux les plus importants sur la route des Pueblos Blancos. Il a la particularité d’avoir une sorte de microclimat. Cela en fait l’une des régions où il pleut le plus dans toute la péninsule. Il n’est pas non plus surprenant qu’à certains moments, la neige fasse une apparition. Elle est d’origine romaine mais se mélange aussi avec l’architecture la plus classique et la plus typique du lieu.

Zahara de la Sierra Pueblos Blancos

De Benamahoma, on peut dire que c’est un le village que nous venons de passer, Grazalema. Il se trouve à environ 12 kilomètres de celui-ci et à environ 5 kilomètres d’El Bosque. Le premier week-end d’août, une grande fête des Maures et des Chrétiens est organisée en l’honneur de son saint patron. Vous ne pouvez pas manquer le printemps d’El Nacimiento. Nous arrivons maintenant à Zahara de la Sierra et comme il y a toujours des opinions pour tout, on dit que c’est l’une des plus belles de toutes. Il a une essence médiévale qui captive tout le monde, surtout quand on voit son château datant du XIIIe siècle. Un parcours très complet des Villages Blancs, que vous aimerez sans doute.

Vous souhaitez réserver un guide ?